Intéressante expérience OGO au local ce 24 novembre, sous la conduite de Walk Elsass, les contributions  de Melissa Ray avec trois set-up de flat lay, sur des objets réalisés par Lucie Au Jardin et Joe Boesch-Nedelec, sous les lumières d’Hervé Baumann et sustentés grâce au Kugelhopf de Wàckes Koch

Mais petit rappel : qu’est-ce donc qu’un set up de flat lay ? (que nous pourrions traduire par « photo a plat »)

L’origine de la photo « flat lay »*

En observant les photos partagées sur Instagram, on pourrait croire que le flat lay est une technique de prise de vue qui est toute récente, mais il n’en est rien.

Il faut remonter à 1987 et au terme « knolling » pour comprendre cette technique. À cette époque, Andrew Kromelow, concierge dans un atelier de Frank Gehry, avait pris l’habitude d’arranger les outils de fabrication de meuble à angles droits sur n’importe quelle surface, afin de présenter tous les outils d’un seul coup d’oeil, un peu comme cela peut également être le cas dans une salle d’opération.

Frank Gehry travaillant à cette époque sur la création de chaises pour Knoll, le terme « knolling » était né.

C’est plus tard le sculpteur américain Tom Sachs qui rendra cette expression connue en l’intégrant à son processus de création. « Always be Knolling » (ABK) devient même un mantra dans son studio

Aujourd’hui, on parle plutôt de flat lay mais l’idée est proche. Issue d’une méthode d’organisation d’outillage ou de produits, la technique du flat lay s’est propagée à la photographie et prend son essor avec les réseaux sociaux, notamment Instagram, où plus de 690 000 ont été taguées avec le hashtag #flatlay.Une photo de produit minimaliste à l’origine d’une histoire. Pourquoi le flat lay a-t-il soudainement décollé pour devenir la nouvelle mode et un vecteur de communication fort sur Instagram ? En s’inspirant du minimalisme en vogue dans nos sociétés, les photos réalisées en flat lay permettent de raconter une histoire.

Source : https://phototrend.fr/2016/03/mp-168-tendance-photo-produit-flat-lay/